Strange Enquête : sur la piste de l’humain

.

De passage à Paris pour une émission de radio, le duo Strange Enquête faisait escale le 19 octobre dernier à la péniche El Alamein. Jérôme Pinel et son comparse Manu Mouret nous y présentaient en concert leur nouvel album, Mettre son sac à l’arrière,  avant sa sortie le 8 décembre.

.

.

.11 décembre 2017 | Singa

.

.

.

Arrimée sur le quai François Mauriac, non loin du pont de Tolbiac, la péniche Al Alamein est un petit îlot de verdure. Le pont est recouvert de plantes en tous genres. Une fois installés à une table, il nous cache presque entièrement du dehors, pour embarquer vers ailleurs. En descendant, on est accueilli par Valérie et Marie, dans une salle intimiste bleue turquoise recouverte de tableaux.
.
C’est Danny Buckton Solo qui ouvre la soirée par un set de chansons, entre pudeur et humour pince-sans-rire, c’est « notre tendresse qui sourit » afin de « conjurer la loose ». Il laisse ensuite place à la tête d’affiche.
.
Strange Enquête est un duo « tchatche et contrebasse » composé de Jérôme Pinel (voix et textes) et de Manu Mouret (contrebasse). Jérôme a fait ses débuts dans le rap : « ça m’a donné envie d’écrire pour dire. De jouer avec le son des mots. Et surtout, il avait cette liberté quand je l’ai découvert, de ces gars qui balançaient des couplets fleuves, parce que leurs stylos étaient partis comme ça. Disons qu’il y avait un élan du cœur au-delà de la forme ». Il rejoint ensuite la scène Slam.

.

.
« J’ai commencé le slam en 2005. Le directeur Marc Tison de la salle de musiques actuelles de Castres aimait beaucoup l’idée du slam. Il a beaucoup fait pour défendre l’idée des scènes slam dans le grand sud ouest auprès des pros (il organise encore un festival aujourd’hui). Il avait organisé un atelier d’écriture avec D’ de Kabal et un apéro slam. J’y suis allé, atelier immanquable pour le jeune amateur de rap que j’étais. J’ai participé à la scène slam avec un pastiche de déclamation homérique que je faisais le soir à mes colocs. Tout ça pour un verre. Par la suite nous avons monté une asso pour organiser des scènes slams tous les derniers jeudis du mois à Castres (bientôt 10 ans!). »
.
Manu accompagne des comédiens, des danseurs et des circassiens . « Manu je l’ai rencontré dans une scène ouverte (à tout) que j’animais dans un café associatif de ma ville, puis il a joué dans un groupe où l’un des membres fondateurs avait été le guitariste et machiniste du groupe de rap dans lequel je jouais. Je passais souvent les écouter répéter. C’était aussi et surtout un voisin de quartier. Quand j’ai voulu monter un autre projet au tempo plus lent, il a été le premier que j’ai recruté. »
.
Depuis la naissance du duo en 2010, ils ont déjà sorti trois EP et un album, défendus partout en France, notamment aux côté de Karpatt, Juliette et Loïc Lantoine. « L’idée de voyager pour aller chanter mes textes m’exalte franchement, partager ma vie avec celles des autres me plaît, et les histoires nous font passer des bons moments ». De plus en plus professionnel, leur travail a été récompensé à plusieurs reprises :Prix du public Alors Chante Montauban 2013, Prix Adami Vive La reprise Paris 2013, et sélection Midi Pyrénées du Printemps de Bourges catégorie Chanson.
.

.

« Le polar peut autant vous faire rire qu’il peut vous foutre les boules. »
.
Un nom tiré d’une série de polar, des boucles de contrebasse entêtantes, des textes à chutes écrits pour être entendus, Strange Enquête sublime le fait divers. Là où n’importe quelle feuille de chou vous aurait servi un article glauque, voyeur, méprisant, Jérôme Pinel vous raconte une histoire. Elle n’est peut être pas bien grande, elle ne serait peut être pas choisie pour être le sujet du prochain blockbuster, mais elle est bien là, vraie, vivante. Son héros n’en est peut être pas vraiment un, du moins, comme on se l’imagine, mais il est bien là, digne, humain.
.
Jérôme Pinel a compris comment allier une réelle exigence littéraire et poétique tout en restant accessible. Il réussit son pari d’être « au niveau du trottoir », à hauteur d’homme. Manuel Mouret explore chaque recoin de sa contrebasse et met véritablement son instrument au service du texte. Cette écriture précise, cette narration musicale parsemée de quelques gifles qui nous font voir un instant les étoiles et nous rendent sourd pour quelques secondes, un peu comme la vie. Le tchatcheur, soutenu par son compagnon, incarne véritablement ses textes sur scène. On pouvait se demander comment le duo allait parvenir à se renouveler par la suite, mais nous avons appris qu’ils préparent un nouveau set où ils seront rejoint par un batteur et un guitariste.
.
Le 24 Novembre sortira Mettre son sac à l’arrière, leur deuxième album. Il s’inscrit dans la continuité du premier, Là où s’arrêtent les nuages. Demain la route était le dernier titre, c’est Sortir d’une ville qui ouvre ce nouvel opus, offrant ainsi un nouveau terrain de jeu pour le duo et d’écoute pour nous. Un terrain plus vaste, avec 18 titres. Le vent s’engouffre, plus d’air, l’horizon est plus large. La vie n’est pas moins rude, « le destin se rit de nos faiblesses » et l’humain se débat toujours pour être libre, digne. On respire mieux. La voix est moins rageuse, et par moments, le rap laisse doucement place à la chanson.

.
On doit cet apaisement au mode de création de l’album. « Là où les nuages s’arrêtent, c’est presque du texte mis en musique. Des textes nés sur des scènes slam sans musique, que Manu a habillé. Mettre son sac à l’arrière a été écrit plus conjointement avec la musique.. L’affaire est plus claire, et le résultat plus harmonieux. »

.

.

Pour terminer,

Jérôme nous dévoile quelques unes de ces trouvailles glanées sur la route :
.
Quelques mots inédits?
Oui « furluper », « Ça joue » pour dire « Ça va », en suisse…
.
Un dicton?
Shit in Shit out
Tu peux traduire ?
Pourri à l’entrée , pourri à la sortie…Un dicton de sonorisateur…
.
Une maladie ?
Non mais une sortie de route dans la pampa du massif central un dimanche d’hiver.
.
Un objet?
Manu a chopé une balle pour chien à mettre son sa contrebasse. en guise d’anti dérapant
sous sa contrebasse
.
Une croyance?
Le silence parle beaucoup.
.
Une idée fixe?
On fait quoi demain ?
.
Un doute?
Mille.
.
Un espoir?
Continuer !
.
Une peur?
Est-ce le bon thème pour le prochain texte ?
.
Un conseil?
En avant !
.
Un trésor?
Dans le vent
.
L’adresse du meilleur rade de France?
Là je voudrais pas dire de bêtises !
Tu veux pas vexer les sensibilités?
Je voudrais pas en zapper un, mais je connais bien les routiers de l’A20… Vers Brives et au dessus de Limoges il y en a des franchement sympas…

.


.

Voilà, vous n’avez plus qu’à filer retrouver

Jérôme et Manu de Strange Enquête,

sur leur site et sur Facebook !

.

.

 

Print Friendly