ET EN ATTENDANT… de LUCIOLE

Faut quand même l’avoir vue, la Luciole. Ou ne serait-ce qu’entrevue, toute frêle mais toute fière, défendre du haut de ses 18 ans les couleurs et les voix rennaises sur les scènes slam de France. Faut l’avoir entr’aperçue, droite dans ses bottes à la gare, à défier Paris les yeux dans les yeux, puis à l’Olympia, pieds nus, à lui mettre la larme à l’œil.

Faut l’avoir croisée, Luciole, ne serait-ce qu’une fois. Pour entendre les échos bleus au creux de sa voix, pour se laisser happer par sa simplicité, son rire, ses rimes, et son rythme.

« Et en attendant …« , son dernier EP, dévoile un bout du long chemin qui relie tous ces points, pour nous y plonger. Comme dans un bain.

De la fluidité gitane de Quand t’es pas là, aux frémissements de la pluie dans Me mettre dans un coin, de l’azur pétillant de J’attends, aux remous délavés de Soleil du Nord, je n’ai personnellement (en toute humilité, mais néanmoins sincérité) pas pu m’empêcher d’être emporté par les embruns de Bleu, empreints de vents salés, de vagues, d’élans et d’écume aux lèvres …

On y revient toujours, un peu comme la marée … Luciole, un beau jour, faudra la rencontrer. Au moins une fois. À elle seule, c’est tout un monde. Vivifiant comme une orange. Une orange… bleue.

.

22 mai 2013 | Sania Ginzburg

.

enattendant_luciole
Site : luciolesenvole.com
.
Fan Page Facebook
.
Twitter
.
Noomiz

.
Myspace

 

[youtube width=350px]BtHZkOkpAMI[/youtube]

Print Friendly

Zône d'échanges

Voir les règles de vie