Damien Noury : « Cœur bleu # Langue tranchante »

En février dernier, le groupe Bleu Silex sortait son deuxième EP de cinq titres, Bushman.
Derrière ce projet, le poète pionnier du mouvement Slam, Damien Noury.
L’ancien voyageur de La Traversée continue ainsi son odyssée, quelques illusions perdues en route, une lucidité éclairée comme phare, exprimant comme jamais tout le talent qui oriente son écriture.

 

15 juillet 2018 | Mârouf

 

 

•  Bleu Silex, c’est quoi comme concept ?Photo_13_CrÇdit Dani Art

.
Bleu Silex, c’est d’abord un projet musical, dans un registre slam rock électro, avec les préoccupations qui sont celles d’un groupe de musique : trouver un son, développer un univers et un propos, au travers d’une créativité collective qui se cherche et parfois se trouve…
Aujourd’hui nous sommes quatre. Je reste porteur de l’écriture des textes, même si la matière proposée est soumise à réflexions et à confrontations. Idem pour la musique, Benjamin Coursier en est le principal incubateur, mais les structures et les arrangements sont ensuite brassées par le collectif, et chacun peut être force de proposition.
Les influences musicales sont celles du « rock à texture », c’est-à-dire d’une base guitare, basse, batterie customisée par des séquences électro et des sons de claviers vintage joués en direct. Il y a aussi, un côté rock progressif, dans le sens où les textes sont plutôt épais, ce qui induit des compositions amples, qui se construisent sur la durée pour trouver leur résolution.
Quant au propos, il tourne autour de mes préoccupations systémiques : comment trouver un sens à tout ce bordel, je veux dire un sens pour soi en premier lieu, un sens qui permette de se lever le matin en faisant avec ses ombres et son désir d’évolution ; et puis un regard alerte et corrosif posé sur ce monde néo-libéral dans lequel nous sommes gentiment mais sûrement en train de nous faire empaqueter…
.

.

.

.
•  Ça représente quelle étape dans ton parcours ?

.
Ça représente un vieux fantasme qui a fini par prendre corps : être chanteur dans un groupe de rock !
Ça représente aussi la nécessité d’exporter la façon dont je m’étais construit en tant qu’artiste jusqu’à lors (sous forme de Compagnie, dans un registre plutôt théâtralisé) pour trouver d’autres appuis, à la fois artistiques et professionnels.  A mon âge, c’est un drôle de paris, car le milieu de la musique n’est pas tendre avec les quadras qui s’essaient…
Après, malgré les turbulences et les désillusions souvent nécessaires, je suis très fier de ce projet, de son évolution, et de mon évolution en son sein, car artistiquement il y a une veine qui s’est creusée, affirmée, et que comme dirait l’autre : « l’ardeur, ça compte ! ».
.
•  Quel rôle la scène slam y a-t-elle joué ?

.
La scène slam reste le laboratoire sur lequel je viens accoucher la majorité de mes textes. J’écris peu, chaque texte est souvent le fruit d’un processus long, d’un geste qui tourne beaucoup autour avant de se lancer. Dans ce processus, la nudité d’une confrontation sur une scène slam est une étape indispensable. Je fais de la scène depuis vingt-cinq ans, du slam depuis quinze, et pourtant rien ne me donne autant le trac que ce moment où je vais donner un nouveau texte pour la première fois sur une scène slam. C’est dans ce moment là que doit s’opérer une forme de validation. C’est cette vibration reçue qui va autoriser le texte à partir ensuite vers d’autres vies scéniques et discographiques.

.

artworks-000317598813-j3e9hb-t500x500

.

•  Comment es-tu arrivé dans ce monde ?

.
En 2001, alors que la compagnie Uppercut existait déjà, dans un festival où nous jouions notre premier spectacle, nous sommes tombés sur une scène animée par Slam Production. Quelques mois auparavant, nous avions vu Slam, le film de Marc Levin, qui nous avait bien remués. Je dis « nous », car pour moi l’arrivée dans ce monde du slam est une histoire collective, celle de la Compagnie Uppercut, créée avec Antoine Faure et Sandra Bechtel. C’est d’ailleurs Antoine, qui s’est essayé le premier, en bon kamikaze qu’il est. Moi, plus rétentif et moins confiant, il m’a fallu encore quelques mois pour me lancer. Sans mes partenaires et l’émulation que cela a créé entre nous à l’époque, je ne crois pas que j’aurais eu le courage de me lancer là-dedans, je serai sans doute resté dans mon rôle de comédien et de metteur en scène, écrivant des poèmes dans des cahiers secrets… Mais, je me suis pris au jeu, et les textes et les scènes ont commencé à s’empiler. En 2005, nous avons décider avec Antoine de créer un spectacle en duo avec nos textes. C’est précisément à cette époque que le slam a vécu son quart d’heure de mode médiatique, et que notre téléphone a commencé à sonner, ensuite les choses se sont enchainées… Comme nous étions déjà constitués en compagnie, nous avons prolonger notre aventure de création dans le registre du slam et de l’oralité poétique.

.

•  Comment es-tu venu à l’écriture ?

.
Comme je le disais un peu plus tôt, l’écriture est plutôt quelque chose qui vient à moi. Et quelque part, lorsque j’écris, je ne sais jamais si cela n’est pas pour la dernière fois, car ce n’est pas moi qui décide. Quand j’essaie de forcer ce processus, je n’aime jamais ce qu’il en ressort, cela me paraît toujours faux et faible. Donc, souvent j’attends que quelque chose se ramasse et se délivre. Même si parfois j’ai des idées, l’envie de parler d’un sujet précis, tant qu’il n’y a pas cette nécessité propre de l’écriture qui se met en marche, rien de bon ne peut sortir, c’est comme ça… Après, c’est souvent la scène, qui crée l’électrolyse, le désir de remonter sur scène pour dire quelque chose.

.

32546936_10216626843166100_9075936405267415040_n

.

•  Comment définirais-tu ton style en tant que poète ?

.
Le sous-titre du groupe Bleu Silex c’est : Cœur bleu # Langue tranchante
Je trouve que ça définit aussi bien mon style : un mélange de spleen contemporain, de regard aiguisé et d’ironie abrasive, dans une sensibilité qui n’a pas trop lâché son petit cœur d’enfant…

.

•  Aujourd’hui, quelles suites comptes-tu donner à ce projet ?

.
Le disque Bushman, un EP 5 titres, sort aujourd’hui en version physique. L’objectif étant d’abord de trouver quelques relais, type radio ou webzine, qui aient envie de diffuser les morceaux. Un nouveau clip, sur le titre « Une Histoire », est aussi en cours de réflexion pour la rentrée. Puis nous tâcherons de trouver quelques dates de concert pour la saison prochaine. Tout cela reste lié à notre réalité de projet en autoproduction, avec les timings et les latitudes financières que cela induit… On fera un bilan lorsque ces étapes-là se seront réalisées !

.

.

.

Site Internet : www.bleusilex.com

Page Facebook : www.facebook.com/bleusilex/

SoundCloud : https://soundcloud.com/bleu-silex

 

.

.

Bleu Silex, les dates clés :

.  

– 2018 : Sortie de Bushman, nouvel EP 5 titres et du clip éponyme

.

– 2017/2016 : Refonte de l’identité du groupe dans un registre rock électro

.

– 2014/2015 : tournée Molécules Musicales de 25 dates

.

– 2015 : Sortie de Molécules Musicales – EP 6 titres

.

– 2014 : Création du groupe dans un registre rock blues

.

.

.

POUR POURSUIVRE,

.

SUIVEZ LES LIGNES DE CETTE MAIN, AVEC

Damien Noury, sa vie en bleu…

26169640_1477831932271115_5022265727357404637_n

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email