Archives mensuelles : octobre 2014

nicok

L’ADDICTION ET LA DICTION de NICO K

Nico K nous a concocté un album fidèle à sa plume et ses goûts musicaux entre electro et boom bap. Rien que le titre, L’addiction et La diction nous annonce la couleur et la thérapie non-entreprise. On se réjouit des jeux de mots et de l’absence de solution proposée. De l’alcool aux drogues en passant par le chocolat et le jeu, les logiques addictives sont clairement assumées et amusées. Un album idéal pour qui aime décortiquer les acrobaties verbales, mettre le son à fond et pour arrêter de culpabiliser. Pas moins de 14 morceaux à écouter encore et encore jusqu’à connaitre par cœur les titres, le nom des producteurs (Hal 1988 pour la majorité et Nico Sam), jusqu’à épeler 3 fois de suite le nom de la choriste Luciole et jusqu’à faire les backs de tous les refrains. En vinyl et digital, les amateurs et accros auront leur dose. Les abstinents pourront craindre de récidiver après un concert ou le visionnage de ses clips. Pour tester votre niveau de dépendance, voici son site et son facebook.

rim.livre

La poésie de RiM, une affaire d’enfant

On sait les slameurs-ses capables de trouver un peu partout les ressources créatives. On sait que RiM pioche dans la chanson, la poésie et la comédie pour tirer la langue à l’existence et s’en amuser. En fait, RiM se plait à expérimenter ce que l’écriture lui inspire de joyeux. Son fiston est désormais la source d’inspiration de son dernier projet. Son expérience maternelle au service de parents désemparés. Un SAV, nous dit-on. Pour profiter de ses conseils, vous avez au choix le livre-CD Chansons Super Chouettes aux éditions Fleurus ou le spectacle One Maman Show qui se jouera très prochainement à la Maison des Métallos. Les deux sont aussi possibles.

.

17 octobre 2014 | DaMe GaBriElle

logo.squeeze

Appel à Textes KAFKADMINISTRATION

Le n°11 de la revue Squeeze se prépare. Vous avez jusqu’au 1er février 2015 pour faire profiter le comité de rédaction de votre talent. Le thème, cette fois-ci, est Kafkadministration et il est expliqué ci-après.

.

Bâtiments massifs et délavés, bureaux-ventouses enfouis dans les tentacules du labyrinthe, numéro d’identifiant à sept chiffres, attestation de compte à jour, cases à cocher sur le formulaire, CERFA n°67885432, puits sans fond, ratio calculé sur la base de votre bilan, radiation, dernier avis avant d’autres persécutions.

(suite…)

RectoVersus

Retour photos sur Rectos/Versus

Recto/Versus provoque la rencontre sur scène et sur toile. Slameur-ses et dessinateurs étaient accueillis au Lavoir Moderne, une semaine avant qu’un fou poignarde 3 personnes, désespéré de ne pouvoir s’en prendre aux Femen. L’ambiance était alors créatrice et bienveillante. Hashka était dans le secteur. Il nous permet de garder en image et en mémoire cet instant.

(suite…)

FB_avatar

Traits d’Union #4

On y était l’année dernière et on y retourne cette année encore. L’électriCITE sera notre moteur de recherche poétique, à faire tourner entre peinture, sculpture, photo et tout installation improbable. Artof Popof trace des Traits d’Union à sa façon entre 150 artistes à l’Albatros toujours et cette fois dans 3 autres lieux : Zone Interactive Artistique – ZIA, Le Loft et Le Chinois. Tout ça, depuis 1 mois et dont le résultat sera exposé au public du 10 au 13 octobre 2014, à Montreuil (93). Le détail de la programmation sur l’agenda par ici et sinon du coté de fb par là.

.

3 octobre 2014 | DaMe GaBriElle

lsf.logo

De l’investissement et du réalisme

Le/La slameur-se s’organise. Tout-e seul-e, en collectif, en asso et en ligue. La Ligue Slam de France née d’un rejet sur les méthodes non fédératrices d’une fédération de slam poésie portant mal son nom, a eu son AG le week-end dernier. L’ambiance ensoleillée et démocratique valide les bilans et donne des perspectives pour la suite. Pas facile, la démocratie, en vrai. Pas facile quand une bonne partie des adhérents n’y sont pas. Y être et pourquoi faire ? Y être à distance et depuis facebook ? Y être et vraiment ! L’investissement n’est jamais simple. Il prend du temps et ne peut se suffire d’une utopie. Concrètement, la vie du slameur-se passée à écrire, à performer, à gérer son asso, à taffer et au reste laisse peu de temps pour se liguer. Et Pourtant, la LSF existe et persiste. La LSF s’auto-gère mais elle ne le peut toute seule. Elle apprécie qu’on lui dise merci pour le travail accompli mais elle voudrait là maintenant que tu viennes la voir et la faire vivre plus souvent. Qui veut comprend.

.

3 octobre 2014 | DaMe GaBriElle